Accueil du site > Prévention > Le lycée Rabelais et la Justice (...)

Le lycée Rabelais et la Justice assimilent prévention du VIH et « corruption de mineurs »

publié en ligne : 28 avril 2003

Les Panthères roses, Act Up-Paris - Communiqué de presse commun

Vendredi 25 avril 2003, sept Panthères roses ont été arrêtées par la police alors qu’elles menaient une action de prévention à l’entrée du lycée Rabelais, à Paris, dans le 18 ème arrondissement. Cette action consistait à distribuer capotes, fémidon et gel, ainsi qu’un tract rappelant les nécessités de se protéger (voir texte ci-dessous). Des actions similaires avaient eu lieu depuis le début de la semaine, devant d’autres établissements, sans aucun problème.

ConduitEs au commissariat de la Goutte d’or, les militantEs se sont vuEs notifier par les forces de l’ordre le motif de leur arrestation, sur ordre du procureur : "Incitation à la débauche" et "corruption de mineurs".

De son côté, le proviseur du lycée Rabelais déclare avoir porté plainte contre les Panthères roses. Contacté par Act Up-Paris pour connaître ses motivations, le responsable a simplement affirmé qu’il "avait du travail", que "personne ne l’obligerait à se faire sucer s’il n’en avait pas envie" avant de menacer Act Up-Paris de plaintes.

Le procureur de Paris et le lycée Rabelais rendent toute prévention du VIH impossible. Comment alerter sur la réalité de l’épidémie, les modes de transmission et les moyens de prévention sans parler ouvertement des pratiques sexuelles ? La distribution de matériel de prévention et d’information serait-elle désormais passible de poursuites ?

Nous demandons :

- que le procureur n’engage pas de poursuites sur la base des interpellations,
- que le proviseur du lycée Rabelais retire sa plainte,
- qu’ils admettent tous deux que l’ordre moral qu’ils défendent est incompatible avec les impératifs de prévention.


Voici le tract distribué par les Panthères roses :

ABSTENEZ-VOUS DE LIRE 20 ANS, PAS DE BAISER !

Le magazine 20 ans (édition de février, p.122) développe « 13 bonnes raisons de ne pas coucher », parmi lesquelles « il est peut-être malade », qui explique qu’en ces temps de Sida et MST : « Même avec un bon préservatif, un bon gel, et une crème spermicide ultradouce, il faut être suicidaire pour tenter le diable. Bien maligne celle qui peut repérer le fou, l’inconscient et le naïf total, susceptible d’être porteur sans même le savoir. »

La rédaction de 20 ans ne sait-elle pas mettre de capotes ?

Si vous lisez ces magazines qui vous prennent pour des idiotEs, vous devez être désespérées !

Oubliez tout, on recommence :
Sida et autres MST sont une réalité.
Ça ne se lit pas sur le visage.
Ça n’arrive pas qu’aux autres.
Mais ce n’est pas une raison pour paniquer,
ni pour bouder le sexe !

Léchez-vous, sucez-vous, pénétrez-vous, enculez-vous,
Entre filles, entre garçons, entre filles et garçons.
Avec des séronegs, avec des séropos. Et avec du latex !

A chaque jeu son jouet : capote (avec du gel à base d’eau), fémidon (préservatif féminin), digue dentaire (pour lécher cul et chatte), etc.

Si vous vous posez des questions sur la prévention, les MST ou les sexualités, appelez Sida Info Service (0800 840 800, appel confidentiel et gratuit 24/24) ou la Ligne Azur (0810 20 30 40), jetez votre 20 ans et envoyez-leur [1] vos plus vives protestations !

Avec le soutien d’Act Up-Paris et Aides-Ile de France.

Notes

[1] 20 ans, 1 rue du Colonel Pierre Avia 75503 Paris Cedex 15, 01 46 48 48 48, redaction-20ans@excelsior.fr

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]