Accueil du site > Égalité des droits Homophobie > Robert Mugabé, homophobe, tortionnaire,

Robert Mugabé, homophobe, tortionnaire, et invité de Chirac

publié en ligne : 19 février 2003

Cet après-midi, une quinzaine de militantES d’Act Up ont aspergé de sang l’ambassade du Zimbabwé pour rappeler l’homophobie de son chef d’état Robert Mugabé, en visite en France à l’occasion du sommet France-Afrique.

Depuis de nombreuses années, Robert Mugabé multiplie les déclarations homophobes et mène ouvertement une politique de persécution les lesbiennes, les gays et les transexuelLES de son pays. Ainsi, il déclarait en mars 2002 : "Nous pouvons avoir des associations, mais nous n’aurons jamais d’associations d’homosexuels. En fait, nous les punirons", et il ajoutait que : "les homosexuels sont pire que les chiens et les porcs."

Face à la politique de persécution xénophobe et homophobe de Mugabé, l’Union Européenne a l’an passé établi une interdiction de séjour d’un an de celui-ci sur le sol des 15. D’ores et déjà la Suède, suivie de l’Angleterre, de l’Allemagne et des Pays-Bas ont fait savoir que malgré la levée de l’interdiction de séjour qui aura lieu le 18 Février, ils s’opposaient toujours à sa venue.

Quand trois homosexuels Saoudiens avaient été décapités du simple fait de leur orientation sexuelle, l’Elysée et le Quai d’Orsai avaient officiellement protesté. Quand une cinquantaine de gays Egyptiens avaient été condamnés à de la prison après un procès humiliant Jacques Chirac avait déclaré : "qu’en certains lieux du globe telle ou telle pratique ne corresponde pas aux schémas culturels dominants ne doit, en aucuns cas, entraîner des conséquences aussi injustifiables que fondamentalement inhumaines". Aujourd’hui, Jacques Chirac invite Mugabé, le tortionnaire.

Une fois de plus nous constatons que la vie des trans, des pédés et des gouines ne valent pas que l’on froisse les relations politiques et économiques avec ces pays homophobes.

Act Up Paris exige :
- que Chirac condamne publiquement les exactions homophobes et xénophobes de Mugabé, ainsi que celles des autres dirigeants concernés.
- que la France et l’Europe cessent de soutenir politiquement des régimes criminels qui bafouent les droits des femmes, des transexuelLES, des lesbiennes et des gays.
- le droit d’asile pour les femmes, les transexuelLES, les lesbiennes et les gays menacés dans leurs pays.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]