Accueil du site > International > Sarkozy n’assume pas ses mensonges à (...)

Conférence internationale sur le sida

Sarkozy n’assume pas ses mensonges à Mexico

publié en ligne : 5 août 2008

Selon trois sources différentes (un conseiller du ministère de la Santé, un journaliste qui avait été sollicité par les représentants du gouvernement français et des membres du comité d’organisation de la Conférence), l’ambassadeur français chargé de la lutte contre le sida avait annoncé hier qu’un discours officiel de Nicolas Sarkozy serait lu publiquement à la Conférence au cours des sessions plénières de ce mardi après-midi.

Ce matin, cette allocution a été annulée sans explications. Le cabinet du Président français a même annoncé aux journalistes qu’elle n’avait jamais été prévue ! Nos trois sources différentes montrent que c’est un mensonge. Quelques heures plus tard, le même cabinet publiait en ligne le discours qui aurait dû être lu à Mexico. Sarkozy a inventé le discours qu’on ne prononce pas.

Le plus étonnant est que ce discours ne fait état d’aucun chiffre concernant la contribution de la France à la lutte contre le sida dans le monde. Nicolas Sarkozy aurait-il réalisé qu’il ne peut plus continuer à mentir sur ce point ? De son côté, le ministère des Affaires Étrangères annonce une contribution à hauteur de 360 millions d’euros, ce qui est un mensonge complet, comme nous l’avons déjà démontré (cf. les montants réels et leurs sources en annexe, ci-dessous).

Cette dérobade pathétique doit mettre un terme à ces mensonges à répétition. La France n’est désormais plus crédible. Nicolas Sarkozy n’a plus le choix : il doit annoncer une augmentation de la contribution française au Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose à hauteur d’un milliard d’euros par an, afin de garantir l’accès universel aux traitements [1], ainsi qu’il s’y est engagé en avril 2007.


Annexe :

La contribution de la France à la lutte contre le sida :
205 millions d’euros par an et non 360 comme annoncé par les autorités françaises :

- Fonds Mondial : seulement 150 millions d’euros vont à la lutte contre le sida (les 150 restants étant consacrés à la lutte contre la tuberculose et le paludisme).
(source : www.theglobalfund.org)

- Agence Française de Développement : 20 millions d’euros consacrés à la lutte contre le sida, 50 millions à la Santé
(source : Marie-Odile Waty de l’Agence.)

- Fonds Européen de Développement : 12 millions d’euros par an pour la lutte contre le sida
(source : www.concordeurope.org / www.senat.fr)

- Ministère des Affaires Étrangères : 30 millions d’euros par an pour la santé dans les pays du Sud, dont 20 millions d’euros pour la lutte contre le sida
(source : www.diplomatie.gouv.fr/)

- Banque Mondiale / Agence Internationale de Développement : 2,5 millions d’euros consacrés à la lutte contre le sida
(source : worldbank.org/ID)

UNITAID . Selon l’OCDE et le Quai d’Orsay, la contribution française provient de la taxe sur les billets d’avion. Cela ne correspond donc pas à une Aide Publique au Développement = 0 euros.

Notes

[1] La France donne 300 millions d’euros par an pour le Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Pour assurer l’accès universel aux traitements contre ces trois maladies, comme il s’y est engagé, Sarkozy doit donner au moins trois fois plus, conformément à l’annonce faite par le conseil d’administration du Fonds.

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]